2 juillet 2007 - Manifestation contre le projet de loi "nouvelles universités"

jeudi 28 juin 2007
par  admin.midi-pyrenees

Communiqué intersyndical voté lors de l’AG

COMMUNIQUE

A l’initiative de l’intersyndicale, les personnels : BIATOS, Enseignants-chercheurs, Chercheurs, réunis en assemblée ce lundi 2 juillet 2007 à la Bourse du travail de Toulouse :

- constatent que le projet de loi sur l’autonomie des universités remet gravement en cause les missions de service public des universités et établissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche.
- considèrent que ce projet de loi porte atteinte aux statuts des personnels (recrutement de contractuels, recrutement d’enseignants chercheurs aux mains de comités de sélection locaux au risque de créer des disparités entre les universités, entre les disciplines,)
- dénoncent une politique salariale de primes et autres dispositifs d’intéressement aux mains des présidents qui induit le « mérite » et ne remplace pas une véritable augmentation du point d’indice.

Les personnels demandent le retrait immédiat du projet de loi sur l’autonomie des universités et l’ouverture de négociations.

Si le Président de la République et le gouvernement ne changent pas d’orientation et si les aspirations de la communauté universitaire ne sont pas prises en compte,
les personnels mandatent l’intersyndicale pour organiser un mouvement unitaire qui permettra le retrait du projet de loi et l’ouverture de négociations pour :

- une politique cohérente nationale d’enseignement supérieur et de recherche
- le maintien et l’amélioration des garanties statutaires des personnels
- la création d’emplois statutaires avec un plan de titularisation de tous les ANT


Près de 300 personnes étaient présentes à cette assemblée générale qui a été suivie d’une manifestation jusqu’à la préfecture où l’intersyndicale a été reçue.

Ci-dessous, le tract appelant à la manifestation


NON : NOUS NE VOULONS PAS DE CE PROJET DE LOI D’AUTONOMIE DES UNIVERSITES

Le gouvernement est déterminé à bouleverser les structures et le mode de fonctionnement des universités.
Aujourd’hui :
- En réduisant à l’extrême la représentation des personnels dans les conseils d’administration, avec un président aux pouvoirs renforcés qui pourra être extérieur à l’Université.
- En matière de scolarité en aggravant la remise en cause du caractère national des diplômes, en instituant la sélection à l’entrée du master.
- En ce qui concerne les personnels :
— 1. Pour le recrutement des enseignants­-chercheurs, mise en place d’un comité de sélection par le CA restreint en lieu et place des Commissions de spécialistes.
— 2. Pour les BIATOSS, le recrutement direct au niveau des établissements remet en cause le recrutement par concours, favorise le clientélisme et ne peut que conduire à la destruction des statuts des fonctionnaires d’Etat.
— 3. Pour tous les personnels : droit de veto du président sur tous les recrutements. Les présidents pourront recruter en CDI des non titulaires, IATOS comme enseignants­-chercheurs, et à tous les niveaux de responsabilité, ils pourront appliquer leur propre système de primes.
- Contre la précarité, nous voulons défendre les statuts de fonctionnaire d’Etat, parce qu’il assure une garantie d’égalité de traitement et d’indépendance.

Et aussi :
- Pour les étudiants : augmentation des frais d’inscription, prêt à taux préférentiel ou possibilité de
travailler sur le campus pour payer ses études, remise en cause des CROUS.
- Chantage au financement : promesses d’un « plus » de financement aux universités qui feraient le choix de l’autonomie. Elles recevraient leur patrimoine en héritage et devront utiliser les fondations, les dons privés et des ponctions sur les projets de recherche pour se financer.

Nous contestons ce projet de loi qui fait du président un chef d’entreprise, et des universités des concurrentes sur un « marché » de la formation et de la recherche. Nous demandons l’ouverture d’une véritable négociation permettant de renforcer les missions de service public et
améliorer la situation des établissements d’Enseignement supérieur et de Recherche.

Dans les établissements toulousains la contestation monte. L’assemblée générale des personnels réunie le 25 juin à Paul Sabatier demande le retrait immédiat du projet.

NON au projet de loi sur les universités !
OUI au renforcement du service public de l’Université et de la Recherche !

ASSEMBLEE GENERALE ET MANIFESTATION DE TOUS
LES ETABLISSEMENTS DU SUPERIEUR ET DE LA
RECHERCHE DE L’ACADEMIE.

LUNDI 2 JUILLET : AG DE 13 H 30 à 15 H
BOURSE DU TRAVAIL PLACE SAINT SERNIN
MANIFESTATION VERS LA PREFECTURE

CGT (FERC-SUP,SNTRS), SNPREES FO , FSU (SNASUB ,SNESUP, SNCS), UNSA(AI,SNPTES, Sup Recherche),
SGEN-CFDT, SUD (étudiant, éducation, recherche) et SLR


Documents joints

tract 2 juillet 2007
tract 2 juillet 2007

Annonces

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur