Initiatives d’excellence et Grand Emprunt : les tours de passe-passe du gouvernement

mardi 1er février 2011
par  Webtine

Contribution pour la réunion-débats à Orsay le 4 février 2011

Initiatives d’excellence et Grand Emprunt :
les tours de passe-passe du gouvernement.
(Christine Eisenbeis et Arnaud Le Ny, FSU, Université Paris-Sud 11)

Lancés fin juillet dans l’indifférence quasi-générale avec des délais extrêmement courts, les appels d’offre en « ex » (equipex, labex, idex) s’avèrent être de redoutables armes à munitions multiples. Outil d’artifice comptable pour afficher un budget en trompe l’oeil, organisation du déficit de la Nation au profit du patronat et renforcement des milieux financiers, ils jouent également un rôle clé dans la stratégie de déstructuration des services publics d’Enseignement Supérieur et de Recherche. Dans l’urgence, et devant les réductions drastiques de crédits récurrents, les laboratoires se sont rués dans une course à l’échalote qui aura finalement permis au ministère de faire un joli tour de passe-passe : Faire faire le boulot d’exclusion de pans entiers des recherches d’une université par les universitaires eux-mêmes. Alors qu’ils ne semblent plus cumulables avec les autres appels d’offre, les equipex lauréats dévoilés récemment ressemblent pour beaucoup à des lots de consolation, tandis que les régions Île de France, PACA et Rhône-Alpes se taillent la part du Lyon. Priorité de Sarkozy, qui pilote directement les projets de la FCS Paris-Saclay, cette dernière est particulièrement bien lotie, remportant notamment le pompon avec un projet, rédigé en 2 mois, de 20 000 000 euros tout ronds dont finalement on n’est peut-être pas près de voir la couleur.


Annonces

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur