Pour un projet campus alternatif, intersyndicale université Paris-Sud, 7 mai 2010

vendredi 7 mai 2010
par  Webtine

Tract de l’intersyndicale de l’université Paris-Sud 11, distribué lors de la présentation du
projet "plan campus" le 7 mai 2010 sur le campus d’Orsay et le 11 mai 2010 sur le campus de Châtenay-Malabry.

Les organisations syndicales de l’université Paris-Sud XI et des
organismes de recherche publics déclarent que l’université a le plus
grand besoin de financements pour construire de nouveaux bâtiments et
remettre en état le parc immobilier existant. [...]

PDF - 140.6 ko

Pour un projet campus alternatif

Le 7 mai 2010,

Les organisations syndicales de l’université Paris-Sud XI et des
organismes de recherche publics déclarent que l’université a le plus
grand besoin de financements pour construire de nouveaux bâtiments et
remettre en état le parc immobilier existant.

Elles constatent

1) Que la gestion actuelle du projet « plateau de Saclay », décidé par le
gouvernement avant toute consultation locale (région, personnel de l’université,
étudiants, ...) et concernant le déménagement d’une bonne part de l’université
Paris-Sud résulte d’abord d’intérêts particuliers, politiques, immobiliers,
financiers, industriels, idéologiques, et ne répond pas aux besoins réels de
l’université et de la recherche.

2) Que l’organisation associée au projet est un élément de plus dans la
dégradation de la nature et du statut d’établissement public de l’université, avec
ses missions d’enseignement et de recherche, notamment en décimant la représentation
des personnels et étudiants dans la gouvernance. La volonté affichée par la
fondation de restructurer la recherche en fonction des « enjeux » de valorisation
menace explicitement l’existence des champs disciplinaires, la recherche
fondamentale et les laboratoires.

3) Que contrairement aux allégations initiales, le coût financier du projet
immobilier semble se révéler largement supérieur, même sans intégrer l’impact
négatif agricole et hydrologique, à un programme de rénovation des bâtiments ;
rénovation qui, dans les cas où elle a été promise, est sans cesse repoussée en
attendant le démarrage du déménagement.

4) Qu’il en résultera une dégradation importante des conditions d’accès des
personnels et des étudiants et un report massif vers les transports routiers. Le
réseau de transport sur le plateau de Saclay est déjà largement insuffisant et les
améliorations prévues à court terme n’empêcheront pas son asphyxie pour la prochaine
décennie, le métro n’étant pas prévu avant 2023.

5) Que les personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur et les
étudiants ne sont pas associés à la définition du projet

6) Que ce projet est porteur de diminution de l’emploi scientifique et de
précarisation, tant dans l’université et la recherche que dans le secteur privé.

7) Qu’il porte en germe une fracture entre les cycles de licence et de master
remettant en cause la cohérence pédagogique et l’accès aux études longues pour de
nombreux étudiants. Le statut d’administration publique, seule garantie d’une
égalité d’accès à l’éducation pour tous, est de plus menacé par la prolifération des
éléments de type privé (fondation, emplois, finances,...).

8) Qu’il devrait pleinement intégrer le souci de la préservation de
l’environnement naturel du plateau de Saclay et des communes environnantes.
Les organisations syndicales de l’Université Paris Sud XI appellent les
personnels de l’université et de la recherche à se saisir de leur futur
et à construire ensemble un projet alternatif, correspondant à leurs
enjeux scientifiques dans les laboratoires, et répondant aux besoins
aigus de rénovation ou de constructions spécifiques, nécessaires pour
assurer ses missions de service public d’enseignement et de recherche.

A&I UNSA, CNT, SGEN-CFDT Recherche, SES CGT, SNCS FSU, SNEP FSU,
SNESUP FSU, SNPTES UNSA, SNTRS CGT, SUD Recherche EPST


Annonces

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur