Situation grave à l’Institut National de Recherche Pédagogique

vendredi 30 janvier 2009
par  Administrateur

L’an dernier Gérard Aschiéri a écrit aux deux ministres Pécrese et Darcos sur la
situation de l’INRP sans obtenir aucune réponse. L’INRP est balloté depuis de
rumeur en rumeur sans qu’aucun projet scientifique soit formulé. Le contrat
2006-2010 n’est toujours pas signé, il n’a même pas été examiné alors que deux
versions successives ont été envoyées au ministères par deux directeurs
différents.

Aujourd’hui, au détour d’une lettre de Pécresse concernant la fusion des ENS
(lettres et sciences) établies à Lyon, l’INRP est mentionné comme devant
développer des synergies avec elles. Je joins la lettre de Pécresse à cet envoi.

La section FSU de l’INRP (tous syndicats confondus) a réagi à la baisse des
moyens et à ce nouvel épisode par un communiqué de presse envoyé à l’AEF.
Vous le trouverez ci-joint. Il est nécessaire que la réflexion sur la recherche en
éducation et en formation reprenne à l’échelle fédérale et redevienne un point
fort de nos revendications nationales. Nos références communes sont anciennes,
la question mérite un intérêt nouveau alors que la formation des maîtres est mise
à mal. La question de l’INRP s’inscrit dans cette réflexion d’ensemble.

PDF - 5.1 ko
Situation grave à l’Institut National de Recherche Pédagogique

Annonces