19 juin 2008 - Sauvons le CNRS et la recherche fondamentale !

samedi 21 juin 2008
par  admin.midi-pyrenees

- 9h - Occupation de la délégation régionale du CNRS
- 12h - Pique-nique place du Capitole

19 Juin, journée nationale de mobilisation

Sauvons le CNRS et la recherche fondamentale !

Plus de 500 personnes, environ 700 d’après les services de la délégation ont occupé pacifiquement la délégation régionale du CNRS de Midi-Pyrénées. Ils étaient ensuite près de 300 place du Capitole à 12h pour sensibiliser la population en distribuant un tract (voir fichier pdf) et avec quatre affiches décrivant les menaces qui planent sur le service public de recherche.


Ci-dessous le texte de l’appel à manifester


Le 19 juin doit se tenir le Conseil d’Administration du CNRS, qui doit entériner la réforme exigée par le gouvernement.

Le « Point d’étape de la politique du CNRS sur les Instituts nationaux du CNRS », fourni à cette occasion par la direction du CNRS (et rejeté par le Conseil Scientifique du CNRS le 10 juin), montre que celle-ci a fini par accepter les orientations fixées, au mépris de tout dialogue réel, par Valérie Pécresse dans son article au journal le Monde du 21 mai 2008, et qu’elle s’oriente vers le démantèlement rapide du CNRS.

- Le CNRS sera découpé en 6 instituts, dont ne feront pas partie les sciences de la vie (pilotées par l’Inserm, en lien avec l’Inra et le CEA), l’informatique (pilotée conjointement par l’Inria) et les sciences humaines et sociales, dont l’avenir sera fixé fin 2008, au moment de la signature du contrat d’objectifs entre le CNRS et l’Etat.
- La ministre nommera les directeurs d’instituts, qui géreront les budgets en directoire, sur le principe des appels d’offres. Le budget de chaque institut sera voté indépendamment de celui du CNRS par le parlement.

C’est la fin annoncée de la multidisciplinarité, et de l’indépendance de la recherche vis-à-vis du politique et de l’Economie, sur fond de recul de la démocratie !

Ces orientations ne sont toutefois qu’un volet de la politique gouvernementale :

- En ce qui concerne l’emploi, la précarité devient la règle, les suppressions massives de postes, la flexibilisation des fonctionnaires et leur redéploiement sont d’ores et déjà annoncés au travers de la Révision Générale des Politiques Publiques.
- Instauration d’une rémunération en trois parties : une fixe, une liée à l’emploi ou au métier et une « au mérite », dépendant des objectifs fixés par la hiérarchie.

Ensemble, exigeons :
- Le respect des missions de service public de la recherche et de l’Enseignement supérieur ;
- La préservation du potentiel scientifique, du rôle des universités et de tous les organismes comme opérateurs publics ;
- Un CNRS pluridisciplinaire, qui ne soit pas déstructuré en instituts ;
- Des financements publics par des soutiens de base à un niveau suffisant ;
- Une politique de coopération entre organismes et universités ;
- Une politique de l’emploi répondant aux besoins : remplacer tous les départs ; 5000 créations d’emplois statutaires par an (toutes catégories), résorption de la précarité ;
- Le respect des statuts, la reconnaissance des qualifications et une meilleure attractivité des carrières.

Rendez-vous le 19 juin à 8h45 devant la délégation régionale du CNRS

9h00 : Occupation de la délégation

(comme dans plusieurs régions, avec appel au blocage du Conseil d’Administration)

12h00 : Rassemblement / Pique-nique - Place du Capitole

A l’appel de l’intersyndicale recherche/enseignement supérieur et de l’association Sauvons la Recherche


Documents joints

PDF - 861.3 ko
PDF - 861.3 ko

Annonces

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur