30 octobre 2007 - Rassemblement à l’occasion de la venue du secrétaire général du CNRS

lundi 29 octobre 2007
par  admin.midi-pyrenees

NON À LA RÉGRESSION SOCIALE
le 30 octobre 2007, tous ensemble : rassemblements et manifestations

Rapide compte-rendu de la matinée

Près d’une centaine de personnes présentes au rassemblement à 10h30 devant la délégation régionale du CNRS Midi-Pyrénées. Une trentaine a participé ensuite à une réunion improvisée avec le secrétaire général de l’organisme, M. Alain Resplandy-Bernard. Il confirme que "les cartes sont actuellement rebattues" et n’a donné aucun démenti aux rumeurs plus que persistantes sur un démantèlement du CNRS. Les seuls éléments tangibles selon lui sont la poursuite des recrutements et l’efficacité des outils de gestion de l’organisme... Il ne dément pas la perte de capacité à mener une politique scientifique du fait de l’ANR et de la baisse des crédits récurrents, ni la perte des capacités d’analyse et d’évaluation du fait de l’AERES. Il dit ne rien savoir du groupe de travailsur l’avenir des EPST confié à François d’Aubert et dont il devrait faire partie.


INTERSYNDICALE (AGET-FSE, CGT, FSU, SUD, UNSA)
des Universités et Établissements toulousains
d’Enseignement supérieur de Recherche

NON À LA RÉGRESSION SOCIALE

le 30 octobre 2007, tous ensemble : rassemblements et manifestations

Le gouvernement, sous la houlette du président de la République, met en place des réformes qui conduisent à une régression sociale sans précédent.
De la destruction du système social au démantèlement des services publics, c’est l’offensive tous azimuts !

Mise à mort du système de Recherche Français
- transformation des EPST en agences de moyens
- La responsabilité scientifique des laboratoires mixtes retirée au CNRS
- Des emplois contractuels remplaçant des postes de titulaires
- Un contrôle étatique de la recherche par l’ANR, qui finance, et l’AERES, qui évalue.
- Les crédits de base remplacés par des financements à court terme
- La recherche évaluée par des indicateurs
- Fin de la couverture de l’ensemble du champ scientifique par le CNRS
- Mise des personnels à disposition des universités en fonction des priorités affichées par le ministère

Enseignement supérieur sacrifié :

- Aucun emploi créé en 2008, ni pour les enseignants, ni pour les IATOS, mais 700 transformations de catégorie C en catégorie A. La réduction massive des effectifs en catégorie C) conduit à l’externalisation des missions
- Choix pour les futurs recrutés de choisir entre un contrat de gré à gré et le statut de fonctionnaire : en clair, disparition à terme du statut de fonctionnaire et de ses garanties
- La rémunération « au mérite », cela signifie que c’est l’évaluation des résultats obtenus par l’agent qui déterminera désormais la hauteur de ses primes, la durée de ses échelons et la qualité de sa carrière : un salaire à la « tête du client, la porte ouverte à l’arbitraire et au clientélisme
- L’instauration de la précarité avec l’interdiction pour les 30% de collègues agent non titulaires d’accéder à un emploi de fonctionnaire

Retraites alignées vers le bas :

- Allongement des durées de cotisations à 41, puis 42, 43,... annuités pour tout le monde (public et privé)
- Alignement du calcul des retraites des fonctionnaires sur les 25 meilleures années au lieu de l’indice terminal.

Pouvoir d’achat

- Pas un sou d’augmentation alors que les pertes du pouvoir d’achat s’accumulent et que les prix s’envolent

Sécurité Sociale au rabais :

- Attaque du principe de solidarité par le biais des franchises médicales
- Amputation du droit à la santé pour tous

Parce que tout le monde est visé, le salarié du secteur public comme celui du secteur privé, le retraité comme l’étudiant, le gouvernement emploie le vieux truc « diviser pour régner ».

Parce que tout le monde est concerné, l’intersyndicale des universités et établissements toulousains d’Enseignement supérieur et de Recherche, appelle les personnels et les étudiants à dire non à la régression sociale.

POUR :
- Une protection sociale solidaire ouverte à tous,
- Une véritable réforme solidaire des retraites,
- Un emploi public statutaire basé sur les besoins de la population et de la jeunesse, l’arrêt des suppressions d’emplois,
- La préservation et l’amélioration du statut des fonctionnaires dans le souci de l’intérêt général, la titularisation de tous les agents précaires,
- Le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat et l’ouverture immédiate de négociations salariales,
- Le retrait de la loi « Pécresse » et l’élaboration d’un tout autre cadre législatif, avec une programmation pluriannuelle,
- Une recherche au service du développement des connaissances.

le 30 octobre, tous ensemble, participons :

10h30 - Au rassemblement devant la Délégation régionale du CNRS, 16 avenue Edouard Belin (à côté du CNES), à l’occasion de la venue du Secrétaire Général du CNRS

14h00 - A la manifestation à l’appel des étudiants des universités et établissements toulousains d’Enseignement supérieur, pour le retrait de la loi « Pécresse » et ses conséquences pour la Recherche.

17h30 - Au rassemblement, à l’appel du Collectif unitaire 31 contre les franchises médicales, devant la Préfecture de Haute Garonne, Place St Etienne (avec demande d’audience au préfet et remise des pétitions)


Fichier PDF du tract


Documents joints

tract 30 oct 2007
tract 30 oct 2007

Annonces

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur